Return to site

ARCHÉOLOGIE DU FUTUR : LE DEVENIR DES NOUVEAUX MÉDIAS

La récente exposition que la Cinémathèque française consacrait à Chris Marker, artiste qui très tôt eut recours aux ordinateurs, mettait l’institution face à un problème de taille : comment conserver les technologies et nouveaux médias d’hier, qui ont enrichi le spectre esthétique dès la moitié du XXe siècle, et, in fine, ces œuvres seront-elles encore visibles auprès des générations futures ? Nam June Paik, Gary Hill ou encore Joan Jonas pourront-ils techniquement traverser le temps ? Cette question a été posée à Christine Van Assche, historienne d’art, commissaire d’exposition et conservatrice honoraire au Centre Pompidou.

« Dans le domaine de la conservation sur support numérique, on ne peut penser au-delà de dix ans. »

Extrait

« On continuera à voir tout ce que les musées possèdent parce que cela fait partie des obligations et des engagements de l’État de veiller à la conservation des collections. Lorsqu’un musée achète ce type d’œuvre, le travail ne fait que commencer ! Ce sont des questions qu’il faut se poser dès le départ.»

Photo : Nam June Paik, Mirage Stage, 1986. 431,8 x 609,6 x 243,8 cm. Three-channel video (Betacam SP and DVD ; colour, silent, continuous projection) shown on 33 TV monitors and 40 wooden TV carcasses. Musée national Centre d’art Reina Sofia, Madrid. Photographie : Kristina Garcia

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly