Return to site

ATELIERS VORTEX - DIJON

Ce mois-ci, direction la Bourgogne, à la rencontre des Ateliers Vortex à Dijon. Ce lieu créé et géré par des artistes accueille la jeune création tous horizons, en mêlant résidence, diffusion, production et édition.

Extrait de l'article de Décembre 2018

Dans un quartier à l’extrême périphérie de Dijon, au milieu des habitations et des usines, se niche une friche, discrète et néanmoins ouverte, où cohabitent particuliers, entreprises du bâtiment, ateliers de toutes sortes (fabrication de décor de théâtre, de design, d’artistes). C’est ici que les Ateliers Vortex ont pris leur quartier depuis 2012.

Pourquoi Vortex ? Pour synthétiser « l’énergie, l’inconnu d’une aventure collective, le tourbillon de se lancer dans la gestion d’un lieu », explique Fiona Lindron, une des cinq artistes fondateurs du lieu (aux côtés de Lisbeth Løvbak Berg, Thomas Fontaine, Sylvain Marchand et Annelise Ragno).

Aujourd’hui, les 150 m2 du rez-de-chaussée se divisent en ateliers d’artistes, de production (découpe du bois, matériauthèque, etc.) et de sérigraphie, tandis que les 150 m2 sous toit à l’étage servent d’espace d’exposition.

« C’est un lieu créé par des artistes pour des artistes. On accueille comme on aimerait être accueillis. »

« S’il n’y a pas de ligne éditoriale qui guide la programmation, les artistes sélectionnés pour l’année 2019 aborderont des problématiques sociales, politiques ou écologiques », analyse Fiona Lindron. Quant à la résidence ou au prix Impression photographique (en collaboration avec le musée Nicéphore-Niépce), les sélections se font uniquement par dossier de candidature. « On nous sollicite régulièrement. Nous regardons tout avec attention, mais il est vrai que notre système de sélection repose surtout sur l’appel à candidature. On reçoit beaucoup de dossiers. Potentiellement, une candidature non retenue pour la résidence peut donner lieu à une exposition monographique ou collective plus tard.»

« Notre particularité est d’être axés sur la jeune création, ce qui ne sous-entend pas forcément "fraîchement diplômé(e)", mais plutôt les artistes qui ont besoin d’un tremplin. » Explique Julia Lardy, chargée de communication et de médiation.

Crédits : Cécilia Philippe / Les Ateliers Vortex

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly