Return to site

Curateur, bientôt un auteur comme un autre ?

Matières à penser

Par Jérôme Cotinet-Alphaize

Le commissaire d’exposition indépendant, bien que partie intégrante des métiers de l’exposition, se trouve dans un zone grise administrative, souvent contraint à l’autoentreprise pour exercer son activité multifacette. Bientôt, sa qualité d’auteur pourrait être reconnue grâce à un contrat d’un nouveau type.

Comme toute activité professionnelle indépendante, rien n’empêche un commissaire de monter une entreprise, une SARL ou une entreprise individuelle. Si l’on se met à la place de l’Etat, exercer le métier de commissaire n’est pas vraiment un problème. La difficulté de notre activité, à l’image des critiques d’art et des auteurs, est qu’elle peut être principale, puis secondaire, et inversement, à la différence du plombier qui fait sa clientèle et assoie son activité au fur et à mesure. Quoiqu’il arrive, et quel que soit le niveau, la quantité de travail est par nature extrêmement fluctuante dans le temps.

Le vrai enjeu que nous avons : si nous étions pleinement considérés comme des auteurs, nous aurions le même statut que les artistes-auteurs, qui nous permettrait d’avoir une gestion simplifiée d’une entreprise, de faciliter une profession assez précaire au quotidien. Mais la question de fond, c’est celle de préserver le droit d’auteur des commissaires.

En collaboration avec le CIPAC et l’ensemble des associations adhérentes, un contrat est en cours de rédaction dont la première mouture est au stade de finalisation, et sera accompagné d’un document pédagogique pour expliquer son usage que nous peaufinons.

© Nicolas Floch

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly