Return to site

LE MULTIPLE UNE AFFAIRE TRÈS CONTEMPORAINE

On sent la chose monter depuis quelques années : le multiple se multiplie.

Du salon dédié MAD (Multiple Art Days), des lieux de diffusion aux éditeurs d’art (parfois les deux) qui voient leur nombre augmenter, et surtout à la nouvelle génération d’artistes qui le plébiscite, le multiple occupe aujourd’hui une place de choix dans l’offre artistique. Car plus que tout autre moyen, il reflète notre époque et nos modes de vie.

Le multiple a toujours eu affaire avec les techniques de son temps. Et aujourd’hui, il en va dans les arts plastiques comme dans la photographie : à une époque deplus en plus dématérialisée, les artistes se tournent (ou retournent) vers la matière et les techniques de fabrication traditionnelles. Celles-ci, naturellement associées au multiple, sont manifestement au goût du jour.

« D’une façon générale, je constate un retour chez les artistes aux pratiques d’imprimerie, du type gravure, eau-forte, etc. » - Éléonore Chatin, directrice de la galerie Putman

La question de la diffusion de l’art au plus grand nombre que posait historiquement le multiple trouve une résonance encore plus directe aujourd’hui avec le mode de vie des artistes, la culture Internet et le partage d’images via les réseaux sociaux. « Les artistes produisent de plus en plus d’œuvres que l’on peut appeler “publiées” –, qui intègrent leur capacité à être diffusées au sein même de leur conception. C’est ma définition du multiple. Ce n’est pas du tout une œuvre qui existe et dont on va faire plusieurs exemplaires pour la vendre plusieurs fois ! Pour les artistes, le multiple est beaucoup plus intéressant que cela : il intègre le public, l’idée de transmission, de lecture et de dispersion de l’œuvre ». Sylvie Boulanger, directrice du Centre national édition art image (Cneai).

Dove Allouche, Fungi (Co ret), 2017. Tirage Fine Art sur Velin b Rives, impression I-Labo, Paris, (45 ×) 39 × 39 cm édition de 9 + 2 EA +1 HC, Coffret de 45 prints Signé et nuroméroté par Dove Allouche, accompagné d’un certificat d’authenticité. © Éditions Dilecta, 2018

Retrouvez le reportage complet dans la revue papier Art Insider de Septembre 2018

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly