Return to site

LES EXPOSANTS NOUS PARLENT DE P/CAS

BARBARA POLLA

ANALIX FOREVER, GENÈVE

« C’est la troisième fois que je participe à la YIA, devenue P/CAS aujourd’hui. Je le fais pour trois raisons principales. Le lieu, d’une part. J’adore le Carreau du Temple. Je vis juste à côté quand je suis à Paris. Je le considère un peu comme le Grand Palais du Marais. C’est la même lumière magnifique, la même structure zénithale, mais je m’y sens mieux qu’au Grand Palais. Small is beautiful. Je m’y sens chez moi, au point d’avoir apporté ma propre table sur le stand une année.

Et puis j’apprécie son fondateur, Romain Tichit. C’est un passionné. Romain déploie des efforts considérables pour porter à bout de bras une foire alternative. Je l’encourage à continuer.

« Je m’y sens chez moi. »

Je suis quelqu’un de fidèle. En trois années de participation, j’ai d’ailleurs montré trois fois le même artiste, Abdul Rahman Katanani, dans trois configurations différentes. En duo la première année, au terme de laquelle il a gagné l’un des prix de la YIA. La deuxième fois, il a été invité par la foire, au titre de lauréat de l’édition précédente, à présenter une œuvre à l’entrée du Carreau du Temple. Et cette année, je le présente en solo show. J’aime cette idée, cette continuité. »

NOELIA PORTELA

PERSONA/CURADA, BERLIN

« Nous sommes une jeune galerie d’art basée à Berlin et doublée d’un projet curatorial itinérant dédié à la scène artistique émergente d’Amérique latine. Notre premier projet, Pheidippides, réalisé avec trois artistes femmes, a marqué le lancement de Persona/Curada. P/CAS est la première foire à laquelle nous participons.

« J’aime cette dynamique et le fait que P/CAS privilégie les jeunes artistes. »

J’étais à Paris en Octobre dernier pendant la FIAC. J’ai appris que d’autres foires se tenaient au même moment. J’aime cette dynamique et le fait que P/CAS privilégie les jeunes artistes. La qualité des échanges que j’ai eus avec la direction de la foire, leur approche, l’esprit d’avant-garde qui caractérise leur projet et le soutien qu’ils nous ont apporté tout au long du processus m’ont convaincue de participer. C’est pour nous le moyen d’accroître la visibilité de la galerie, du projet et de nos artistes, d’étendre notre réseau, de créer de nouveaux contacts à travers l’Europe. Paris est la ville idéale pour le faire.

Nous présenterons “C’est pas si loin/No està tan lejos”, une exposition rassemblant des œuvres d’Andres Andreani, Santiago Esses, Sofia Rocha-Casenave et Pablo Rodriguez autour de la notion de distance, référençant d’autres espaces géographiques depuis l’Europe. »

Abdul Rahman Katanani, Arbre 02, 2016, fil de fer barbelé, dimensions variables ©Karine Pierret Delage, Courtesy galerie Analix Forever (Genève)

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly