Return to site

MICRO-MÉCÉNAT LE PROJET COLLABORATIF DETROIT SOUP

Artistes - Inventer son parcours

L’idée est simple : en contrepartie d’une modeste PAF (participation aux frais), on profite d’un dîner à la bonne franquette, pendant lequel plusieurs acteurs sociaux ou culturels présentent en quelques mots leurs projets aux convives, qui voteront pour n’en financer qu’un. Voilà le modèle collaboratif créé il y a 8 ans à Détroit. Ou comment n’importe quel citoyen peut devenir comécène d’un créateur.

(extrait)

Concept

«Pour 5 dollars, tu as une soupe, de la salade, du pain et un vote. » Voici en quelques mots l’énoncé du projet collaboratif Detroit SOUP, basé à Détroit dans le Michigan. Ce modèle de microfinancement remarquable, qui a notamment inspiré La Collective à Rennes (dont nous aurons l’occasion de parler dans un prochain numéro), repose sur une idée simple : le temps d’un repas, 4 acteurs socioculturels œuvrant dans différents domaines (art, agriculture urbaine, justice sociale, entrepreneurs sociaux, éducation, technologie…) présentent en 4 minutes leur projet devant un public attablé et attentif.

Chaque présentation donne lieu à une série de questions/réponses entre le porteur de projet et les convives, qui sont ensuite invités à discuter et débattre avant de procéder au vote, selon un seul critère: retenir le projet qui sera le plus bénéfique pour la ville et le quartier. Le candidat qui obtient le plus de votes remporte la totalité de l’argent collecté pendant la soirée.

D’une vingtaine de participants aux premières SOUP en 2010, ils sont aujourd’hui entre 60 et 150 personnes à soutenir les projets locaux, pour une enveloppe globale allant de 300 à 1 500 dollars (équivalent à 250€, jusqu’à 1 250€), considérée du point de vue juridique comme un don pour le receveur. Depuis le lancement de Detroit SOUP, 150 projets se sont vu récompenser. « Nous avons commencé avec des artistes, mais, un an plus tard, nous nous sommes ouverts à tout un éventail de projets. »

Le but de ces microfinancements est aussi de sortir un certain public de l’isolement et du chômage par la création. «La plupart des gagnants sont des femmes noires qui sont souvent les plus lésées pour obtenir un financement des institutions américaines. Elles veulent que les gens soient fiers de leurs réalisations et sont enthousiastes à l’idée de montrer aux participants ce qu’elles ont pu accomplir avec leur argent », explique Amy Kaherl. «Detroit SOUP aide à combler l’écart entre les différences raciales et s’efforce de mettre en lumière la multitude des talents cachés de Détroit », affirme sa directrice. Par cet exemple de microfinancement citoyen, la créativité devient la garante du lien social, du bien commun et un levier économique. Un programme qui paraît totalement à portée de mains.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly