Return to site

PLATEAU URBAIN, CHASSEUR DE LIEUX POUR ACTEURS CULTURELS.

Investir de manière temporaire des espaces vacants en y installant des projets culturels ou sociaux, tel est le créneau de Plateau Urbain. Cet intercesseur immobilier qui a notamment rendu possible l’existence de lieux tels que Les Grands Voisins, le Wonder-Liebert ou encore Pauline Perplexe, est devenu une référence pour les créatifs en rade de lieu.

Extrait de l'article de Décembre 2018

Lorsque l’on est un travailleur indépendant ou une structure associative, la problématique semble la même pour tous : trouver un lieu au coût d’occupation compatible avec la faible économie qui caractérise ces profils, notamment culturels, est une gageure. À cette problématique immobilière, Plateau Urbain apporte une solution évidente – encore fallait-il y penser ! – et écoresponsable (notamment influencée par le 6b de Saint-Denis, précurseur en la matière) : affecter un bâtiment vide à de nouveaux usages et de manière temporaire. Créée en 2013 par des étudiants en géographie et en aménagement, cette structure parisienne s’est spécialisée dans l’immobilier à destination des acteurs du milieu culturel, de l’associatif, de l’économie sociale et solidaire, ou encore de jeunes entreprises.

(...) « Les Grands Voisins a joué un rôle majeur pour nous en termes de volume et de personnes mobilisées en temporaire. Au-delà de l'utilité des 250 structures présentes sur le site, cela a beaucoup fait réfléchir le public et le privé », se souvient Jean-Baptiste Roussat.

(...) Le militantisme – écologique, économique et social – de Plateau Urbain semble aujourd’hui résonner avec « une prise de conscience de la part d'acteurs traditionnels et institutionnels », remarque Jean-Baptiste Roussat.

Et ce dernier de citer pour preuve récente la Biennale d’architecture de Venise dont le pavillon français est consacré aux « lieux infinis », parmi lesquels le 6b, Les Grands Voisins ou encore la Friche Belle de Mai. Autant de lieux « qui représentent un courant de dialogue entre la société civile, les pouvoirs publics et des acteurs privés de la ville », conclut Jean-Baptiste Roussat, exemplaires d’une voie à emprunter et à démocratiser.

Photographie : Machines Urbaines - Crédits : Tiksi

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly