Return to site

QUE FAUT-IL PENSER DES FOIRES ?

LES EXPOSANTS NOUS EN PARLENT.

MAD / Multiple Art Days

MAD / Multiple Art Days

Anna Klossowski

We Do not Work alone, Paris

« Nous sommes une maison d’édition d’objets usuels pensés par des artistes. Sur les conseils de Mathieu Mercier que nous avions contacté au tout début de notre projet (et qui faisait partie du comité de MAD), nous y avons postulé. Ça nous a mis le pied à l’étrier, ce fut à la fois une date butoir et un point de départ ! Le fait d’y participer nous a donné une existence et nous a permis de tester notre activité. Nous avons commencé avec six éditions d’objets de six artistes.

À MAD, les stands sont abordables car ce sont de petits espaces. Nous avons toujours fait très attention à nos scénographies, à avoir des stands impactants. Les acheteurs à MAD sont majoritairement des gens du milieu, des professionnels de l’art, et des passionnés et qui n’ont pas forcément les moyens de s’acheter des pièces chères. Ce sont de très bons collectionneurs, principalement français. En ce qui concerne nos ventes, elles se sont améliorées au fur et à mesure des éditions, car maintenant, nous sommes bien identifiés. Les gens nous suivent d’année en année et nous attendent à MAD. L’ambiance y est très sympathique – les éditeurs le sont en général ! –, joyeuse et communautaire. »

« Nous sommes une maison d’édition d’objets usuels pensés par des artistes.»

Vladimir Boson

Tapissier/éditeur d’art, atelier Boson, lausanne, suisse

« Il existe peu de salons dédiés aux multiples, contrairement aux éditions papier ou livres d’artistes. C’est la première fois que je présente “offciellement” mes éditions, et avoir l’opportunité de le faire à Paris (qui plus est, à la Monnaie de Paris) était très tentant ».

Il existe peu de salons dédiés aux multiples

« Une foire est un endroit fabuleux pour faire passer un message et c’est aussi le meilleur moyen pour se faire connaître d’un public plus large. Le MAD gagne en qualité chaque année et son côté très dynamique (contrairement à certaines foires qui deviennent de plus en plus aseptisées et ennuyeuses) et fédérateur m’a séduit ! Le monde de l’art change et les plus petits salons sont de plus en plus prisés par les collectionneurs.

MAD est aussi très abordable, avec des prix en fonction de l’espace dont on a besoin, suivant ce que l’on présente. Cette première foire va me perme re de rencontrer des personnes passionnées par l’édi- tion, des artistes (avec, peut-être, de futures collaborations à la clé) et voir ce qui se fait ailleurs. Malgré les contraintes liées au tranport des œuvres, à la douane, au logement sur place et aux sacrifices financiers, pour un “petit artisan” comme moi, je commence déjà à y prendre goût ! ».

Photo : A. & F. Lamarche-Ovize, Chandelier « Surtout ». Édition WE DO NOT WORK ALONE. Crédit : Claire Israël

Extrait de l'article de Septembre 2018

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly