Return to site

Un salaire pour tous les artistes ?

Manifeste pour une intermittence universelle des arts

Lorenzo Papace et Vincent Pianina, respectivement vidéaste, photographe et musicien, et auteur, illustrateur jeunesse/BD, sont à l’origine d’un manifeste qui pose les bases (et bien plus) d’un système universel de rémunération, qui verrait le principe d’intermittence étendu aux arts visuels. Pure utopie ? Plutôt une réelle matière à penser.

Genèse

« Cela fait dix ans que nous exerçons chacun notre métier artistique. Dix ans de précarité, quand bien même jalonnés d’étapes importantes et gratifiantes dans le parcours. Ce manifeste vient de réfexions sur le statut des travailleurs qui ont une activité proche de la nôtre, du sentiment collectif, et d’un intérêt pour l’économie.

En creusant, on se rend compte qu’il existe différentes approches de l’économie, que tout cela est très politique, éthique, philosophique. Ce manifeste-pétition constitue une étape vers l’émancipation des artistes-auteurs, en proposant une première déconnexion entre notre activité (qui est multicolore et imprévisible) et nos revenus (qui doivent être réguliers et prévisibles), mais c’est surtout pour nous un point de départ pour rassembler des personnes qui veulent aller plus loin dans la réflexion.»

« Le système actuel ne favorise pas la création. Au contraire, il pousse à se disperser dans les commandes du tout-venant. »

« Comment trouver le temps de créer? Pour y parvenir avec le système actuel, il faut avoir suffisamment travaillé pour pouvoir se permettre de “s’arrêter de travailler”, afin de créer notre prochain travail. C’est-à-dire imaginer un projet, le mettre au point, convaincre un éditeur/producteur/client. Cette période de création-démarchage peut durer des semaines, des mois, sans percevoir de revenu. Certains projets nécessitent même des années de réflexion. Ce qui s’apparente à une période d’inactivité est en réalité une période de suractivité ! Seulement, elle n’est pas rétribuée. En fait, nous finançons tout simplement nous-mêmes nos périodes de recherche d’emploi.

« On reconnaît volontiers à l’artiste une valeur sociale importante sans toutefois le reconnaître comme producteur de valeur économique, et donc lui donner droit à un salaire. »

«Une utopie est un idéal politique ou social qui ne tient pas compte de la réalité. Or nous faisons tout le contraire. Nous nous inspirons entre autres des recherches de l’économiste Bernard Friot et du déjà-là révolutionnaire des institutions du travail. Notre manifeste-pétition était un premier pas. Il reste encore du chemin pour aller plus loin, être plus ambitieux et réclamer une déconnexion radicale entre revenu et activité, un salaire à vie avec qualification à la personne, et abolition de la propriété lucrative de l’outil de travail. La solution ne dépend que de nous.

L’intégralité du manifeste-pétition :

www.change.org/p/un-salaire-pour- tous-les-artistes

Extrait de la revue papier de Juillet-Août / MATIÈRE À PENSER

Cette rubrique est le lieu d’une prise de parole sur un sujet de réflexion.

Vous pouvez y prendre part, en envoyant vos propositions à bonjour@artinsder.fr

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly